Article

Emma Thompson: «C’est l’anti-James Bond idéal»

L’actrice Emma Thompson s’est trouvée ravie de rejoindre l’équipe de «Johnny English». Pour composer son rôle de Premier Ministre britannique, elle mélange Margaret Thatcher, Tony Blair et Theresa May.

«J’ai trouvé le scénario très bien écrit, très drôle, simple mais charmant», déclare Emma Thompson. «Une bonne histoire, sympathique et un peu enfantine. De toute manière, je trouve que ce monde n’est pas suffisamment enfantin. J’adore Johnny English. C’est l’anti-James Bond idéal. Il contrebalance très bien tous les rôles-type habituels de personnages virils, bourrés de testostérone et, franchement, plutôt ennuyeux.» Pour son premier rôle de Première ministre, Emma Thompson s’est inspirée d’une large gamme de personnages politiques: «C’est un mélange de Thatcher, Blair et May. C’est la version la plus sombre de ces hommes et femmes politiques, qui usent de leur fonction parce qu’ils sont attirés par le pouvoir. Lorsque le spectateur la rencontre, elle est dans une situation de désespoir. Les décisions qu’elle prend sont plutôt catastrophiques. Et, bien qu’il s’agisse d’une comédie assez simple, c’était quelque chose d’intéressant pour moi de réfléchir à ce que c’était d’avoir ce genre de pouvoir. Ce Premier ministre se croit très important. Et, comme elle a le sentiment que le pouvoir lui échappe, elle réagit de façon désespérée, comme un animal acculé.» Rowan Atkinson est lui aussi enthousiaste devant la prestation de sa partenaire. Ses raisons? – «Pour ce rôle, il fallait une femme très décidée et sérieuse, pour qu’elle soit crédible en Première ministre. Ça ne pouvait pas être un personnage de farce pure, mais ce rôle doit être interprété avec une certaine malice, un sens de l’absurde, pour être cohérent face à Johnny English.»

Admirer Emma Thompson au cinéma dans LATE NIGHT Billets